Le président haïtien Jovenel Moïse a affirmé mardi qu’il serait “irresponsable” de sa part de démissionner, alors que de larges manifestations se sont multipliées depuis fin août à travers le pays pour exiger son départ.

“Il serait irresponsable de ma part si aujourd’hui je me levais, sortais une lettre de démission, la signais et partais en laissant le pays comme ça”, a déclaré Jovenel Moïse lors d’une conférence de presse donnée mardi au palais national à Port-au-Prince.

Depuis le début du mouvement de contestation, fin août, le chef d’Etat haïtien ne s’était exprimé que dans une allocution pré-enregistrée, diffusée à la télévision d’Etat le 25 septembre à 02H00 du matin heure locale. 

Mardi, le chef d’Etat haïtien a reconnu sa part de responsabilité dans la crise politique mais a surtout blâmé “le système” comme responsable des difficultés de développement du pays.

“Le système a ses gardiens, ses héritiers et ses victimes. (…) Le système est une couleuvre à plusieurs têtes qui se régénère dans les transitions”, a expliqué M. Moïse évoquant les régimes de transitions ayant suivi les chutes du dictateur Jean-Claude Duvalier en 1986 et du président Jean-Bertrand Aristide en 2004. 

AFP