Haïti au pays du roi Pelé pour écrire une nouvelle page d’histoire

Written by on October 25, 2019

Publié le 2019-10-25 | Le Nouvelliste: Contre la Corée du Nord, le dimanche 27 octobre, à 19 heures (heure haïtienne), Haïti, qui a déjà établi son camp à Goiania (Brésil) depuis jeudi, disputera à l’Estadio de Serrinha son dixième match dans l’histoire de la Coupe du monde de la FIFA (toutes catégories confondues). Aucune équipe haïtienne n’a, jusque-là, gagné de match, voire franchi le deuxième tour de cette compétition. Dans ce petit jeu, les petits Grenadiers ne se trouvent-ils pas en position de force pour faire mieux que leurs devanciers ? Partons à la découverte de l’équipe nationale U-17 d’Haïti.

La première participation d’Haïti à une phase finale de Coupe du monde de la FIFA remonte à 1974, en Allemagne. Les poulains d’Antoine Tassy eurent affaire à des géants du football mondial. Contre l’Italie qui avait déjà gagné à l’époque deux titres (1934 et 38), Haïti, malgré le but d’anthologie de Manno Sanon pour effacer des tablettes le record de Dino Zoff, perdit le match (1-3). Ce fut le même refrain face à l’Argentine, victorieuse des Grenadiers (4-1). Et pour l’occasion, Emmanuel Sanon fit parler son talent de buteur avant la catastrophe (7-0) devant l’équipe de la Pologne. Avec zéro point, Haïti quitta la compétition à la dernière place de son groupe.  

Il faut attendre 33 ans après pour voir Haïti se hisser miraculeusement au top, en se qualifiant pour la phase finale de la Coupe du monde masculine U-17 de la FIFA, Corée du Sud 2007. Les coéquipiers de Hérold Jr Charles, qui avaient débuté le tournoi face au Japon, avaient été battus (1-3). L’unique but des protégés de l’entraîneur Jean Yves Philogène Labaze (décédé en 2010) avait été inscrit par Peterson Desrivières. Contre la France, pour son deuxième match dans cette Coupe du monde, Haïti  avait failli faire la différence. Après avoir remis les pendules à l’heure par Guensly Jr Joseph, les petits Grenadiers avaient inscrit un second but de la tête par le même buteur, mais l’arbitre central, à tort ou à raison, avait décidé d’annuler le but qui aurait pu valider la victoire historique d’Haïti face à la France. On en resta à un (1-1) dans un match où Haïti avait fait trembler la France. Pour son troisième match, malgré le but du capitaine Peterson Joseph, Haïti avait mordu la poussière (1-4) face à la future championne de la compétition, le Nigéria. Avec un misérable point, Haïti avait pris, une nouvelle fois, la dernière place de son groupe.

Onze ans après, soit en 2018 en France, l’équipe féminine d’Haïti a disputé la phase finale de la Coupe du monde U-20 de la FIFA. Tout a commencé par une défaite pour les jeunes Grenadières, battues sur le fil par la Chine (1-2) avec un but de Nérilia Mondésir. Contre le Nigéria, Haïti aurait pu faire mieux, mais les filles de Marc Collat ont chuté sur la plus petite des marges (0-1) suite à un but concédé sur penalty. Bien que Nérilia Mondésir, qui s’était offert un doublé, avait fait le match de sa vie contre l’Allemagne, les coéquipières de Melchie Daelle Dumornay n’avaient pas pu éviter la défaite (2-3). Avec zéro point, comme ce fut le cas en 1974 pour les camarades de Philippe Vorbe, Haïti quitta la Coupe du monde en prenant la dernière place de son groupe.     

Avant le 10e match d’Haïti dans une phase finale de Coupe du monde de la FIFA (toutes compétitions confondues), prévu ce dimanche 27 octobre face à la Corée du Nord, avec un point (match nul contre la France : 1-1), l’équipe U-17, qui avait disputé le mondial 2007, avait fait mieux que les seniors (1974) et les U-20 féminines (2018). Avec trois buts, Nérilia Mondésir domine le classement des buteurs devant son illustre aîné Emmanuel Sanon (2 buts), Guensly Jr Joseph, Peterson Joseph et Peterson Desrivières.

Pour faire mieux que leurs devanciers, les petits Grenadiers de Miguel Perdomo doivent obligatoirement gagner au moins un match. Ils auront à affronter la Corée du Nord (27 octobre), le Chili (30 octobre) et la France (2 novembre). Pour ces trois rencontres, rien n’est gagné d’avance pour Haïti qui restait d’ailleurs sur une sanglante défaite (1-4) face aux géants africains du Sénégal. Cependant, si l’on ne tient pas compte de la dernière ligne droite de la préparation de cette équipe, elle est de loin la mieux préparée par rapport aux trois autres équipes qui avaient représenté Haïti à une phase finale de Coupe du monde.

Avant de se qualifier pour le mondial brésilien, les protégés de Perdomo Barrios Miguel Angel étaient en Europe (février 2018) pour disputer le fameux tournoi de Montaigu, réunissant les meilleures nations du football dans la catégorie des moins de 16 ans. Bien que le bilan soit désastreux : quatre défaites (Argentine : 3-0 ; France : 8-1 ; Portugal : 3-0 et Cameroun : 3-1) en autant de matches, 2 buts marqués par Dany Jean et Fredler Christophe et 17 encaissés, cette expérience avait eu un effet positif, car Haïti, un an après, allait se qualifier pour la Coupe du monde U-17 masculine de la FIFA, Brésil 2019.

En avril 2019, les petits Grenadiers, invités à participer au tournoi de Développement de l’UEFA en Roumanie, ont débuté la compétition par une sanglante défaite (0-3) devant la Russie. Pour leur deuxième match, ils ont tenu Chypre en échec (0-0) avant de signer une victoire historique face à la Roumanie, battue (1-0). Il s’agit de la première victoire d’une équipe haïtienne (toutes catégories et toutes compétitions confondues face à une représentante de l’Europe).

Les petits Grenadiers, qui devaient en principe se rendre d’abord à Strasbourg, en France, pour effectuer un stage de perfectionnement, ensuite à Bradenton (Floride, USA) pour peaufiner leur préparation et enfin en Argentine pour les derniers réglages, n’arrivaient à matérialiser aucun de ces stages en raison de la situation socio politique du pays.        

Dans le tournoi final de la Concacaf, Haïti avait pris le troisième billet donnant accès à la Coupe du monde U-17 masculine de la FIFA, Brésil 2019, en battant aux tirs aux buts le Honduras (4-3), temps réglementaire (1-1). Dans la phase de poule, les petits Grenadiers, impitoyables, avaient pourtant corrigé le Honduras (2-0) ; le Salvador (4-1) ; Guyana (6-0) et la République dominicaine (2-0) avant d’échouer en demi-finale face au Mexique (0-1).

Avant de jouer leur premier match dans la compétition contre la Corée du Nord, les petits Grenadiers comptent à leur actif un total de 14 rencontres (8 matches amicaux et 6 matches de compétition). Devant ce constat, le président de la FHF avait raison de croire que l’équipe haïtienne U-17, si tout se passe bien, a tous les atouts pour écrire une nouvelle page dans l’histoire du football mondial.

Reste à savoir si les coéquipiers de Fredler Christophe, capitaine de cette sélection, vont combler les attentes placées en eux: permettre à Haïti de remporter une victoire en phase finale et franchir le deuxième tour d’une Coupe du monde. Toujours est-il que l’on se fera une vraie idée de la prestation des petits Grenadiers au mondial brésilien dès ce dimanche à compter de 7 heures (heure de Port-au-Prince) au terme de leur rencontre face à la Corée du Nord.   

Tagged as

[There are no radio stations in the database]